Historique des concerts de la Fondation

Dès 1978, Léonard Gianadda a mis en place une saison musicale dans le programme annuel de la Fondation, développant un vaste réseau d’amitié avec des musiciens et des chanteurs lyriques de renom.
Cecilia Bartoli chante pour les 70 ans de Léonard, 23 août 2005
© Georges-André Cretton

Parallèlement aux expositions qui s’enchaînent sur les cimaises de la Fondation durant ses cinq premières années d’existence, le programme musical, inauguré avec le Concours de musique de chambre, s’étoffe très rapidement. A la fin de l’année 1978, Léonard Gianadda contacte René Klopfenstein, le directeur du Festival de musique Montreux-Vevey, pour lui proposer de décentraliser quelques concerts à Martigny. De cette entente suivent d’exceptionnels concerts : tout d’abord le Beaux Arts Trio, puis Yehudi Menuhin, Maurice André, I Solisti Veneti, etc.

Par un heureux hasard de la construction, l’acoustique se révèle excellente. Et le public, de plus en plus nombreux au fil des saisons, est enchanté par le contact rapproché avec les musiciens, du fait de la configuration intimiste de la salle. Même son de cloche pour les artistes, qui soulignent l’accueil enthousiaste du public et se disent très honorés de pouvoir se produire au milieu d’œuvres d’art. Ainsi, à la fin de sa prestation avec son fils, Yehudi Menuhin dira : « Est-ce le cadre ? J’ai rarement senti un tel public […] Quelle réflexion et quels sentiments m’ont inspiré ces tableaux. »

Les années passant, Léonard Gianadda réussit aussi à fidéliser ses hôtes, grâce à son accueil à l’italienne, c’est-à-dire chaleureux et généreux : « Si la plupart reviennent à Martigny, c’est aussi parce que l’on sait être gentil, les entourer pour qu’ils ne se retrouvent pas seuls dans leur chambre d’hôtel avec leur petite valise, laissés pour compte sans même un bistrot ouvert. J’essaye de les inviter à partager ma table après la représentation, histoire de faire aussi plus ample connaissance. » (Les coups de cœur de Léonard Gianadda, vol. 1, 2001)


Anne-Sophie Mutter, 1986
© Marcel Imsand

Isaac Stern face à la Vénus de Renoir, 1988
© Marcel Imsand