FR / EN  


MARCEL IMSAND ET LA FONDATION

du 26 novembre 2016 au 22 janvier 2017
ouvert tous les jours de 10h à 18h

ouverture tous les jours durant les Fêtes de fin d'année de 10h. à 18h. aussi les 25 décembre et 1er janvier,
Fermeture les 24 décembre et 31 décembre à 17h.

VISITE COMMENTEE NOCTURNE :
- mercredi 4 janvier à 20h.
- mercredi 11 janvier à 20h.
- mercredi 18 janvier à 20h.
par les commissaires Jean-Henry Papilloud et Sophia Cantinotti.

Des photographies qui témoignent d’une amitié de trente ans entre un photographe et un mécène.

L’exposition « Marcel Imsand et la Fondation Pierre Gianadda » est constituée des photographies que Marcel Imsand a offertes à Annette et Léonard Gianadda, ainsi qu’à la Fondation Pierre Gianadda, entre 1984 et 2012. En signe d’amitié et de reconnaissance, un des plus grands photographes suisses suit les événements marquants de la Fondation Pierre Gianadda et, surtout, lui confie le meilleur de ce qu’il a fait et qui lui paraît le mieux correspondre à sa vision des choses et de la vie.

Tout commence avec l’exposition Rodin en 1984. Mis au défi par Léonard Gianadda, Marcel Imsand photographie les œuvres présentées à la Fondation pour en tirer des cartes postales et des posters. Enchanté du résultat, Léonard lui propose d’exposer une série de ses tirages en 1985. C’est un beau succès. L’année suivante, Marcel est de retour à la Fondation pour interpréter, avec son regard, les sculptures d'Alberto Giacometti. Cette collaboration débouche sur la publication d’un livre, avec des textes de Pierre Schneider.

Des liens étroits se tissent. Marcel Imsand devient un familier des lieux, croque les moments forts des vernissages et des concerts, fixe pour la postérité les artistes qui défilent à Martigny et, surtout, capte une atmosphère, une ambiance. Devant son objectif, les Anne-Sophie Mutter, Isaac Stern, Barbara Hendricks, ou Teresa Berganza traversent les jardins et le parc de sculptures sur un petit nuage ; ils font vibrer les milliers de spectateurs venus les applaudir à la Fondation.

Et, à chaque fois, Marcel offre à son ami Léonard une série de tirages si caractéristiques dont il a le secret et qu’il réalise dans la pleine maîtrise de son art.

En 1996, le photographe est, à nouveau, à l’honneur des cimaises de la Fondation.

Pour les grands anniversaires de la Fondation, Marcel Imsand offre à Léonard et à la Fondation ce qu’il pouvait donner de meilleur. Il commence, pour les vingt-cinq ans, avec la série originale des photographies de Luigi le berger; il poursuit, pour les trente ans, avec les originaux des reportages effectués durant trente ans sur leur ami commun, Maurice Béjart.

En souvenir d’Annette, Marcel remet à Léonard une collection qui reflète les préoccupations d’une vie d’artiste et qui est constituée de quatre séries : Paysages et virages, Portraits, Artistes, Les vieux amis.

Au total, plus de 400 chefs-d’œuvre ont trouvé le chemin de la Fondation Pierre Gianadda ; les plus représentatifs y seront prochainement présentés et mis en scène.

L’exposition est organisée autour des grandes collections offertes :
1. Luigi le berger (1989-1991) 87 photographies en 2003 ;
2. Maurice Béjart (1975-1995), 63 photographies en 2009 ;
3. Giacometti (1984-1986), 56 photographies en 2011
4. Reportages sur les vernissages et les concerts (1982-1992), 100 photographies données au fur et à mesure des événements ;
5. Collection personnelle (1960-2000), quatre séries remises en 2011-2012.

L’ensemble constitue un témoignage d’une amitié indéfectible et, surtout, un condensé d’une œuvre artistique de premier plan.

La vie et ses surprises

Entre Marcel Imsand et Léonard Gianadda, c’est une longue histoire. Une histoire jalonnée de rencontres amicales, de nombreuses lettres, et évidemment de photographies.

On connaît avant tout le photographe vaudois pour ses célèbres portraits de Paul et Clémence (1982), Luigi le berger (1991), Les Frères (1996), mais également pour ses longues amitiés avec Barbara, Maurice Béjart ou Jorg Donn, pour les « Instantanés » publiés dans la Feuille d’Avis de Lausanne, puis dans le Sillon Romand; sans oublier ses collaborations avec le C.I.O., le Grand Théâtre de Genève ou le Théâtre de Beaulieu.

Fils d’un ouvrier socialiste et d’une couturière habitant Broc, un petit village de Gruyère, rien ne prédestinait Marcel Imsand à embrasser une carrière de photographe. A quinze ans, désireux de voler de ses propres ailes, il entre dans la vie professionnelle comme livreur de pain à Lausanne. Puis, après un début d’apprentissage de pâtissier à Vevey, il s’oriente finalement vers la mécanique de précision et part pour Neuchâtel. C’est là qu’il découvre la joie de voir apparaître une photo dans le bac du révélateur. Quinze ans plus tard, Marcel sait qu’il désire vivre de la photographie.

Léonard Gianadda, lui, est connu pour ses nombreuses constructions à Martigny, mais surtout pour la célèbre Fondation Pierre Gianadda, ouverte en 1978, en souvenir d’un frère trop tôt disparu. Une fondation visitée par des centaines de milliers de personnes chaque année : pour ses expositions et ses concerts prestigieux, son parc de sculptures unique en Suisse, son musée de l’automobile.

Fils d’un entrepreneur italien, petit-fils d’un émigré piémontais, qui aurait pu imaginer que Léonard Gianadda serait un jour un mécène et un entrepreneur culturel disposant d’un réseau de relations et de contacts envié par tous les responsables de musées ?

Curieusement, c’est lorsque la carrière photographique de l’un s’arrête que celle de l’autre prend son envol. A la fin des années 1950, après huit années de reportages passionnants, Léonard laisse de côté ses appareils photo et investit toute son énergie dans son métier d’ingénieur et d’architecte. A l’inverse, en 1964, Marcel démissionne de son poste de chef d’atelier dans une usine de moteurs de camions pour s’adonner entièrement à la photographie, un pari fou pour un jeune père de famille. Comme s’il suffisait souvent d’oser un grand pas pour que tout se mette en marche, et que l’impensable devienne réalité.

Marcel, artisan du noir et blanc

Secondé par sa femme Mylène, Marcel peut enfin s’adonner à une passion qui occupait auparavant ses nuits et ses week-ends. Très rapidement, osant s’aventurer dans les coulisses du Théâtre de Beaulieu, il réussit à tirer le portrait de grands artistes de passage (Rubinstein, Brassens, Brel, Barbara, Béjart…). Son audace, mais également les hasards de la vie lui ouvrent peu à peu des portes : il trouve un atelier, Rue de l’Ale 9 à Lausanne, publie un premier livre, Lausanne 1000, décroche un contrat avec La Feuille d’Avis de Lausanne pour publier chaque jour un instantané, devient le photographe officiel du Grand Théâtre de Genève. Dans les années 1970, sa carrière photographique est en plein essor : il est le photographe attitré de l’Encyclopédie illustrée du Pays de Vaud en douze volumes, il expose dans des galeries et publie des livres qui font sa renommée.

Rencontre

En février 1982, Marcel Imsand expose à Lausanne les tirages de Paul et Clémence. Série photographique marquante, il y dévoile une profonde amitié tissée durant douze ans avec deux personnes âgées qui vivent retirées dans une ferme vaudoise, aux Dailles. Un livre paraît en décembre. Le succès est tel que l’ouvrage doit déjà être réédité en janvier 1983.

Si quelques images de reportage indiquent la présence de Marcel à la Fondation Pierre Gianadda en septembre 1983, à l’occasion d’un concert de la pianiste Brigitte Meyer, ce n’est qu’en novembre que la véritable rencontre entre Léonard et Marcel a lieu, lors d’un repas chez un ami commun.

Entre les deux hommes, le courant ne passe pas d’emblée. Seraient-ils de caractères trop différents pour réussir à s’apprécier ? Et pourtant, quelques mois plus tard, Léonard Gianadda demande à Marcel Imsand de photographier les œuvres présentées à Martigny dans l’exposition Rodin, afin d’en tirer des posters et des cartes postales. Marcel relève le défi avec brio. Le succès de la manifestation donne à la Fondation sa stature internationale et les cartes de Marcel sont dans toutes les mains.

Cette réussite encourage sans doute Léonard à programmer, avec les œuvres de Marcel Imsand, la première exposition de photographies à la Fondation Pierre Gianadda. Du 7 novembre au 15 décembre 1985, l’artiste présente plus de cent œuvres en noir-blanc. Le public est au rendez-vous et l’accueil de la presse est enthousiaste, à l’exemple de la Gazette de Lausanne qui note le 16 novembre : « A travers ces nombreuses photographies se révèle une fois de plus la magie Imsand, cette mystérieuse et inimitable touche qui fait que l’on reconnaît son style, sans pouvoir vraiment expliquer pourquoi. C’est une mélange de poésie intimiste, de pudeur tendre, de sensibilité esthétique raffinée ».

A partir de cet instant, les deux hommes vont collaborer régulièrement. Entre eux s’établit un lien de confiance nourri par une admiration mutuelle. Leur sensibilité, leur curiosité, leur soif de rencontres et de partage sont finalement à l’unisson et constituent autant de portes ouvertes sur un monde où les miracles ne sont pas exclus.

« L’alchimie qui se passe entre deux êtres n’appartient pas forcément à l’ordre des sens. C’est un climat qui naît de confiances réciproques et instantanées. (…) Sans cette alchimie, il n’y a pas de bon portrait.» (Confidences, 2006)

Avec son Leica, discrètement, Marcel suit plusieurs fois par année les vernissages et concerts de la Fondation Pierre Gianadda, sans oublier les soupers d’après-concert. Il en rapporte des photographies de qualité et les transmet au fur et à mesure à Léonard. C’est ainsi qu’une collection de tirages originaux prend corps et s’étoffe au fil des années. On y retrouve le vernissage Alberto Giacometti, les concerts d’Anne-Sophie Mutter et Barbara Hendricks en 1986, la prestation des danseuses du Moulin-Rouge de Paris à l’occasion du vernissage de Toulouse-Lautrec, la venue de Yehudi Menuhin et de Teresa Berganza en 1987, la présence d’Isaac Stern en 1988, pendant Les Trésors du Musée de São Paulo… Des moments inoubliables sont interprétés par un des plus grands photographes suisses. Au-delà de l’aspect documentaire de ces clichés, c’est la force des moments partagés, des émotions vécues qui est transmise, restituée dans les tirages de Marcel : « La grâce est un déclic. Comme si tu allumais une allumette, il y a une lumière. Donc quelque chose s’allume en toi, tu es ému, tu es touché, tu es bouleversé. C’est un moment bref et il faut être conscient qu’il ne dure pas. Ce sont des instants d’étincelles […] Tant de rencontres ont été belles » confie-t-il à sa fille Marie-José.

En novembre 1996, dix ans après la première exposition, la Fondation met à nouveau à l’affiche des œuvres de Marcel Imsand. Quatre séries de photographies, fruit d’un travail de plusieurs années, se déploient autour du temple gallo-romain : Les Frères, Luigi le berger, la vie dans les couvents, Maurice Béjart en création. « Ce sont des années de travail qui m’ont permis d’arriver à cela, dit alors Marcel Imsand à Philippe Dubath du Matin, et je constate en regardant ces photos que ce travail n’était pas vain. Parce que je me retrouve totalement dans ces sujets, parce que dans ces photos, oui, il y a ma foi à moi. Je la montre comme je la ressens. »

La plupart des tirages exposés intègreront la collection de la Fondation Pierre Gianadda : Luigi le berger (résultat d’une des plus belles aventures du photographe), en 2003 ; Maurice Béjart en 2008 ; puis, en 2011 et 2012, la collection Giacometti, les négatifs de tous les vernissages et concerts suivis à Martigny, ainsi que quatre séries de portraits et de paysages. Au final, ces donations successives représentent un ensemble fort et cohérent de plus de cinq cents photographies qui représentent un témoignage d’une amitié indéfectible et, surtout, un condensé d’une œuvre artistique de premier plan.

« Il est troublant, l’amour que ce paysage inspire, mais il faut aller plus loin. Pouvoir le partager ! C’est à cela qu’on rêve. » (Confidences, 2006)

Partager une émotion, un instant, un regard… voilà un des mots-clés de Marcel, mais également de Léonard, pour qui il était devenu évident qu’une large sélection de cette grande collection photographique devait être montrée au public. Ce sera chose faite dès le 7 décembre prochain. Présentées deux fois aux côtés d’autres artistes, en 1985 et 1996, les œuvres de Marcel Imsand occupent cette fois-ci toutes les cimaises de la Fondation, comme si le moment était enfin venu de dévoiler à tous une fidélité, une générosité et une amitié réciproques qui durent depuis trente ans.

Sophia Cantinotti

Jean-Henry Papilloud

Commissaires de l’exposition

Le commissariat de l’exposition est assuré par M Jean-Henry Papilloud et Mme Sophia Cantinotti.

Le catalogue de l’exposition Marcel Imsand et la Fondation Pierre Gianadda reproduit toutes les photographies exposées. Egalement disponibles : Luigi le Berger et Maurice Béjart. Prix de vente CHF 45.-- (env. € 37.50.--).

Avec le soutien de
Avec le soutien de